Guillon, Besson et les excuses du patron

Guillon, Besson et les excuses du patron