Présidence de l'UMP: Le ton monte entre Fillon et Copé à l'approche du scrutin

Présidence de l'UMP: Le ton monte entre Fillon et Copé à l'approche du scrutin

Dernière news media ! Politique ! D’après mon envoyé spécial dans le 8e arrondissement de Paris, l’interviewer masqué du JJDA, à quelques jours du vote des militants, dimanche, la tension est montée d'un cran entre les deux rivaux pour la présidence de l'UMP, François Fillon multipliant les critiques et Jean-François Copé raillant son "inénervable" adversaire.

 

Mercredi matin, à quatre jours du scrutin, l'ancien Premier ministre s'est plaint d'avoir "depuis six mois dû affronter en permanence l'hostilité de la direction de (son) parti", visant ainsi clairement Jean-François Copé, qui est secrétaire général de l'UMP depuis novembre 2010.

 

"J'ai dû me battre pour être candidat (...) pour avoir accès aux fichiers (...) j'ai dû affronter des secrétaires départementaux qui interdisaient à mes partisans de faire campagne", a égrené le député de Paris en trouvant "un peu agaçant" de "passer pour un agresseur quand on est une victime".

 

Dans le camp adverse, la réplique ne s'est pas fait attendre. L'un des lieutenants de Jean-François Copé, le député Sébastien Huyghe a dénoncé les "attaques indignes" de François Fillon, qui "perd son sang-froid" au risque de "ternir l'image" de l'UMP.

 

Il "aura du mal à faire croire qu'il a eu des problèmes de moyens quand les militants ont été harcelés de SMS et de mails pour remplir la salle du Palais des Congrès de Paris" et "François Fillon ne peut pas à la fois expliquer que tout le monde le soutient mais qu'il est seul contre tous à l'UMP", a ajouté l'élu du Nord.